FTTH

Le déploiement des réseaux FTTH a commencé timidement en Afrique, malgré la prévalence des réseaux sans fil. En 2017, le continent comptait presque 1 million d’abonnés FTTH. L’accroissement de l’utilisation des données et le développement de la classe moyenne, concentrée dans les centres urbains, ont offert des opportunités au déploiement de réseaux filaires robustes et évolutifs, qui permettent de livrer des services haut débit mais aussi de promouvoir la mise en place d’initiatives de smart city.

Une région qui s’est engagée lentement dans le FTTH

À la différence d’autres régions où le déploiement des réseaux FTTH a explosé, comme en Asie ou au Moyen-Orient, les déploiements FTTH ont commencé dans quelques pays d’Afrique comme le Maroc, l’Afrique du Sud, le Gabon, l’Angola ou l’île Maurice, principalement dans les grandes villes. Cependant, l’adoption de ces services a été lente, à cause surtout de la forte évolution des services haut débit mobiles sur 3G, 4G et WiMAX qui offrent des débits moyens élevés à des prix compétitifs. En 2017, le continent comptait presque 1 million d’abonnés FTTH ; ce chiffre devrait doubler d’ici 2021.

Aujourd’hui, l’Afrique présente des opportunités pour les déploiements FTTH

La population en Afrique est concentrée à plus de 40 % dans les centres urbains, un pourcentage en augmentation du fait de l’exode rural. De plus, la classe moyenne africaine est en plein essor. Le contexte est donc plutôt favorable pour l’implémentation de réseaux robustes et extensibles comme le FTTH, capables de gérer une augmentation de la demande de données principalement dans les zones urbaines.

Les États en charge de l’expansion des réseaux FTTH en Afrique

Pour améliorer la connectivité en Afrique, les gouvernements de certains pays mettent en place des stratégies pour encourager les déploiements FTTH et réduire la fracture numérique. Ces initiatives sont orientées principalement vers l’investissement public, les partenariats public-privé, l’optimisation et la bonne utilisation de l’infrastructure déployée.

À titre d’exemple, le Maroc a lancé un plan national pour l’implémentation de pilotes FTTH dans différentes villes. De plus, le régulateur marocain a annoncé que les opérateurs devront partager leur infrastructure passive et active, afin de concentrer les efforts sur l’expansion de la fibre dans tout le pays.

En Afrique du Sud, le gouvernement a défini un plan stratégique pour améliorer la couverture FTTH dans tout le pays d’ici 2020. Dans ce but, le gouvernement a annoncé en 2016 un investissement de 124 millions EUR sur trois ans.

Le déploiement du FTTH en Afrique est donc une réalité. La vitesse de son évolution sera déterminée par les efforts des gouvernements pour créer des conditions attractives pour les opérateurs filaires et stimuler la demande de données sur les cinq prochaines années.

 
Plus de 80 % des pays africains ont déjà commencé leurs déploiements FTTH/B
Déploiements FTTH/B résidentiels en Afrique
 
Un marché qui décolle