Écosystème numérique

L’écosystème numérique africain est en pleine croissance et séduit toujours plus les investisseurs qui viennent financer son expansion. Les levées de fonds des start-up ont atteint 560 millions USD en 2017. Bien que focalisées sur trois pays, le Nigeria, le Kenya et l’Afrique du Sud, les start-up émergent dans tout le continent et en particulier en Afrique francophone.

Le développement de l’écosystème numérique

En Afrique, l’écosystème numérique est en plein essor, comme en témoignent les levées de fonds des start-up, qui ont progressé de 53 % entre 2016 et 2017, passant de 370 à 560 millions USD. 74 start-up ont été lancées en 2016, 124 l’année suivante (source Partech Ventures).
L’écosystème continue de se structurer autour d’incubateurs et d’accélérateurs de plus en plus nombreux. La Banque mondiale recense ainsi 443 incubateurs de start-up à travers le continent, alors qu’ils n’étaient encore qu’une dizaine au début de la décennie.

La percée de l’Afrique francophone

L’écosystème numérique reste encore dominé par les pays anglophones, notamment par trois pays : le Nigeria, avec Yabacon Valley autour du quartier de Yaba dans la banlieue de Lagos, le Kenya, avec la Silicon Savannah, et l’Afrique du Sud. Ces trois pays concentrent la majorité des investissements, devant l’Égypte et le Rwanda.
Cependant, la dynamique se met en place dans toute l’Afrique, et dans les pays francophones en particulier. En 2017, le Rwanda, le Sénégal, le Maroc, le Cameroun et la Tunisie ont attiré 55 millions USD d’investissement, contre 37 millions en 2016 et seulement 6 millions en 2015. Et certains pays francophones comme le Sénégal et le Maroc ont franchi la barre de 1 million USD de levées de fonds en 2017 (Source Partech Ventures).

Des applications dans tous les domaines

La FinTech est le premier secteur d’innovation, avec des services financiers de plus en plus sophistiqués autour des systèmes de paiement mobile et qui vont jusqu’aux produits d’épargne, de crédit ou d’assurance. L’AssurTech utilise des technologies parmi les plus pointues (data analytics, intelligence artificielle…) afin de peser les risques et segmenter les offres d’assurance.
Un autre domaine important est celui de l’énergie hors réseau, avec notamment des solutions pay-as-you-go pour des kits solaires qui permettent aux utilisateurs de devenir à terme propriétaires de leur matériel. Enfin, les start-up s’adressent aux entreprises avec des applications professionnelles comme des places de marché B2B, des sites d’e-commerce, des solutions de logistique…
Cependant, l’innovation concerne tous les secteurs de la société : la santé, l’éducation, le commerce et les services à la personne. Dans tous ces domaines, les start-up africaines lèvent certains des freins qui pénalisent parfois le développement de l’économie du continent.

 
Un écosystème très dynamique
 
L'émergence de l'Afrique francophone
Levées de fonds dans les secteurs de la Tech et du numérique en Afrique en 2017