Opérateurs satellite

Les acteurs leaders de l’industrie du satellite se sont positionnés avec des orientations technologiques différentes. Ils devront faire face à la concurrence de nouveaux entrants ambitieux. Le succès ne sera peut-être pas au rendez-vous pour tous, avec notamment les incertitudes sur les projets de nouvelles constellations.

Les choix technologiques orientent le positionnement des acteurs

En orbite basse, on compte notamment:

    • SpaceX avec Starlink, un projet de plus de 4 000 satellites pour un investissement de 10 milliards USD ;
    • Telesat, prévu pour début 2022, avec des capacités annoncées à plusieurs Tbps ; 
    • OneWeb, détenu par SoftBank, qui anticipe son premier lancement de 10 satellites fin 2018-début 2019, avec 900 pièces en construction et un objectif de plus de 2 000 satellites ;
    • LeoSat, avec un programme de 108 satellites.

O3b, détenue à 100 % par SES depuis 2016, est l’unique constellation active en orbite moyenne (MEO). Des faisceaux Internet couvrent le Tchad, le Soudan, la Somalie, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Cameroun, l’Angola et Madagascar. Trois nouveaux lancements sont prévus en 2019, pour atteindre une flotte de 20 satellites, le programme devant être complet en 2021. Viasat travaille de son côté sur sa propre constellation MEO.
En position géostationnaire, l’augmentation des capacités avec les systèmes HTS (High-Throughput Systems) a été favorisée par certains acteurs. Ainsi, Eutelsat a commandé un nouveau satellite de 75 Gbit/s prévu pour 2019, date à laquelle le groupe ambitionne de couvrir plus de 20 pays en Afrique subsaharienne. Yahsat a de son côté lancé Al Yah 3 en 2018 (les trois satellites Al Yah devraient couvrir 28 pays africains) et noué un accord de location de ressources HTS avec Eutelsat. Autre acteur majeur, Intelsat a mis en orbite Intelsat 37e et IS-35e (de la série EpicNG), respectivement en juillet et septembre 2017. SES possède également des satellites HTS en parallèle de son programme MEO.

Un premier pas timide des acteurs locaux

Des initiatives locales peuvent être mentionnées principalement dans le domaine des satellites d’observation, de petite taille et en orbite basse. En rejoignant fin 2017 l’Afrique du Sud, l’Égypte, le Nigeria, le Ghana, l’Angola ou l’Algérie, le Maroc vient d’entrer dans le club des pays africains possédant leur propre satellite. En parallèle, des agences spatiales nationales ont pu être créées.

 
Les données représentent le 2e segment après la vidéo
Répartition des revenus mondiaux des opérateurs satellite leaders par segment, en 2017
Networks
Mobility
Fixed data
Government
Video
Other
Source: IDATE DigiWorld
 
Les acteurs historiques devront faire face à une concurrence croissante des constellations LEO
Projets de constellations LEO & MEO les plus avancés
Constellation builder selected
Launcher(s) identified
Prototype satellite(s) launched
Operational satellite(s) in orbit
Source: IDATE DigiWorld based on SpaceNews