Le satellite

La connectivité reste un enjeu majeur en Afrique, et le satellite peut apporter une partie des réponses. Différentes solutions sont proposées pour assurer la couverture en accès haut débit, le backhauling mobile, la couverture des besoins de connectivité des entreprises et administrations. Les développements s’accélèrent, issus d’acteurs traditionnels ou alternatifs, dans un contexte où la compétitivité prix reste centrale.

Un potentiel de marché important

En Afrique, le satellite a pris des parts de marché importantes sur le segment des grandes entreprises et des services gouvernementaux. De plus, les critères géographiques et économiques se combinent au sein du continent. L’accès à Internet par satellite intéresse essentiellement les populations de la lower middle class (revenus de 4 à 10 USD par jour) et de l’upper middle class (plus de 10 USD par jour). Ces deux catégories représentent près de 15 % de la population africaine mais elles sont concentrées à plus de 80 % dans les zones urbaines, qui seront desservies a priori par des accès Internet filaires traditionnels. Il reste donc un potentiel de marché adressable pour le satellite estimé à terme à 3 % de la population (revenus de plus de 4 USD par jour par habitant en zone rurale).
Au-delà de l’accès haut débit et des marchés des entreprises et des administrations, le mobile représente un autre enjeu fort. Il s’agit d’alimenter les stations de base et les serveurs décentralisés dans l’optique des réseaux 4G et à terme 5G. Par ailleurs, le segment de la connectivité dans les transports pourrait proposer des opportunités complémentaires, dans les secteurs routier, aéronautique, ferroviaire ou maritime.
Finalement, augmenter les débits et proposer une offre tarifaire compétitive (en termes de bande passante et de prix des terminaux) permettraient à l’industrie du satellite de prendre une place significative sur le marché.

Constellations de satellite ou HTS ?

En orbite basse, de nombreux projets de constellation se proposent de réduire la fracture numérique, tout particulièrement en Afrique. Avec une densification des faisceaux pour les besoins capacitaires et une réduction accrue de la latence (de l’ordre de 20 ms), la solution se veut de rupture en adressant notamment les besoins de backhauling mobile et d’accès Internet en zone peu dense dans les pays en développement.
Les constellations en orbite moyenne (MEO) proposent plus largement de répondre aux enjeux de connectivité en Afrique en s’appuyant en particulier sur la latence réduite induite par son altitude inférieure aux solutions géostationnaires.
En position géostationnaire, l’augmentation des capacités avec les systèmes HTS (High-Throughput Systems) relève de la même dynamique. Les ordres de grandeur sont maintenant de 100 Gbps pour ces plateformes et devraient atteindre le térabit.

 
Transports et réseaux mobiles en cœur de cible
Backhauling par satellite
Source : SATINET, ESA's ARTES Programmes
 
Une consolidation de la couverture en Afrique subsaharienne
Zone de couverture du service Konnect Africa d’Eutelsat